Photos de cyclistes, une fin heureuse

Photos de cyclistes, une fin heureuse

Cette série commence par Mattéo, photographié une semaine après sa chute et se termine par lui, en route vers sa vie future.

Ce projet a démarré sur ce qui aurait pu être un drame, la grave chute d’un jeune lors d’une course sur piste au vélodrome de Bordeaux. Matteo est resté inanimé plus d’un quart d’heure au bord de la piste, entouré d’une nuée de médecins-urgentistes. Son entourage et les spectateurs présents étaient sous le choc. Heureusement dès le lendemain, les bonnes nouvelles de l’état de santé de Matteo nous rassuraient tous. A ce moment j’ai voulu démarrer une série qui montre les sportifs et leur entourage sous un autre angle.

L’approche choisie est celle de la représentation picturale, inspirée des peintres flamands, et pourtant j’ai souvent admirer l’œuvre de Caravage pendant ce projet. Éclairage minimaliste, ambiance « clair obscur », prise de vue posée sont à l’opposé de la photo de sport sur le vif en reportage. Chaque photo fait appel à la mise en place d’un studio. La prise de vue représente 50% du travail, le reste se fait derrière l’ordinateur, pour ajuster et construire l’ambiance voulue, et intégrer sol et mur comme décor. Cette exposition présente une vingtaine de photos.

J’ai pris un grand plaisir avec ce projet, autant dans sa réalisation que par les rencontres éphémères que j’ai pu avoir avec tous les «acteurs» de photos de cyclistes. Un grand MERCI !

Quelle technique de réalisation ?

Tout le principe pour arriver au résultat final passe par l’utilisation d’un fond gris neutre (voir les exemples ci-contre). En post production, le fond et le sol sont utilisés pour y mettre de la texture : mur brut, parquet au sol etc.

Dans le cheminement, de la prise de vue à l’obtention de l’image, l’ensemble prend pas mal de temps. Je dirais que la prise de vue ne représente qu’un cinquième de la réalisation. S’il a fallu avec les différentes poses, prendre 10 minutes pour avoir la bonne photo, le travail en post-production s’est soldé pour en moyenne 1 heure devant l’ordinateur. Je ne prends pas cela comme une contrainte, c’est tout simplement le processus nécessaire, comme l’était jadis le laboratoire argentique, pour produire une image un peu retravaillée.

Exposition “Photos de Cyclistes” à Cambes, près de Bordeaux

À l’invitation de Nicolas Debenne du Team CX4, j’ai pu exposer les photos de ce projet dans la superbe salle Bellevue, sur les hauteurs de CAMBES.

Même si cette exposition se voulait sans protocole, je me suis fendu d’une présentation professionnelle pour bien mettre en valeur les tirages et les acteurs de ce projet.

Toutes les images ont été imprimées sur un papier Photo Rag® de Hahnemühle, idéal pour les impressions jet d’encre Fine Art de qualité supérieure. Ce papier Fine Art en coton blanc confère à chaque tirage un aspect de relief très flatteur pour le rendu. L’imprimante utilisée est une EPSON SC-P 600 avec encre UltraChrome HD qui apportent longévité et précision dans les noirs profonds.